Migration SEO e-commerce : la checklist

La migration de site ou refonte est une étape souvent nécessaire dans la vie d’un site web, afin de rester à la pointe de la technologie et de répondre aux attentes des internautes, tout en s’adaptant aux nouveaux formats de navigation. Lors de ces modifications, il est indispensable d’intégrer la migration SEO à votre stratégie. Explications.

Plusieurs raisons pourraient vous amener à effectuer une migration de site :

  • changement de CMS pour soutenir l’évolution de votre site
  • changement de serveur afin d’obtenir de meilleures performances web (une plus grande vitesse de chargement par exemple)
  • refonte de site visuelle ou structurelle, qui impliquerait une modification, des ajouts ou des suppressions de contenu
  • changement de nom de domaine
  • passage du http:// au https:// permettant de mieux sécuriser votre site

Pour un site e-commerce, l’enjeu d’une migration est énorme. La prise en compte de vos leviers de génération de trafic comme le SEO sont indispensables lors d’une migration. Cela permet de conserver le référencement naturel et la visibilité de votre site durement acquis sur les moteurs de recherche.

C’est pourquoi nous vous proposons une checklist énumérant les étapes d’une migration SEO réussie

1. Etablir un plan de migration SEO

Le plan de migration vous suivra pendant tout le processus de migration SEO. Il s’agira en quelque sorte de votre feuille de route.

Cela permettra d’éviter les oublis et de rendre votre nouveau site opérationnel rapidement.

Chaque évolution de site induira des migrations à risques plus ou moins élevés pour votre SEO. De ce fait, nous vous conseillons de procéder par étape. Même si cela peut paraître être une bonne idée, tout changer en même temps peut être fatal pour votre référencement !

Commencez par planifier votre migration à une période de faible trafic et suffisamment en amont des temps forts : vous éviterez donc la migration 2 semaines avant le début des soldes…

Ensuite, délimitez le périmètre de la migration et établissez une liste de toutes les données (URLs, contenus) à migrer vers votre nouveau site. Vous devrez vous assurer que chaque donnée de l’ancien site renvoie l’utilisateur au bon endroit sur le nouveau site. 

Vous pouvez vous aider d’outils SEO tels que Google Search Console ou Screaming Frog SEO. Ces outils vous permettront de récupérer la liste des URLs, les données structurées ou encore les balises hreflang.

Pour vous assurer d’avoir récupéré vos URLs stratégiques qui sont sources de trafic sur votre site, nous vous conseillons de faire un export Google Analytics en parallèle.

Il est important que cette liste soit exhaustive afin de ne laisser aucune place à l’erreur.

Assurez-vous de récupérer les URLs qui sont sources de trafic sur votre site en réalisant un export sur Google Analytics

2. Héberger son nouveau site 

Dans le cas d’un changement de site ou de CMS, vous devrez héberger votre nouveau site. Si vous changez de serveur, vous devrez alors copier les données de votre site sur ce nouveau serveur. 

Afin de travailler sur votre nouveau site, sans impacter votre site actuel, nous vous recommandons de passer par un environnement de pré-production en utilisant un outil comme la solution Parachute. L’outil permet de cloner votre site sur un serveur sécurisé par un login et un mot de passe, vous permettant ainsi de travailler sur votre migration en toute sérénité.

Il est indispensable de bloquer l’accès aux robots des moteurs de recherche pour éviter que votre nouveau site ne soit exploré et indexé avant même d’être prêt ! 

Généralement, un blocage via identifiant et mot de passe depuis le fichier .htaccess permet d’en bloquer l’accès.

3. Mettre en place les redirections 301

Grâce au plan de migration que vous avez constitué, vous savez maintenant quelles URLs devront être redirigées. Nous vous conseillons de choisir des redirections 301 car elles sont permanentes contrairement aux redirections 302, et permettront aux anciennes URLs de sortir de l’index de Google.

Respectez bien la thématique de chaque page dans vos redirections. Par exemple, une page catégorie devra rediriger vers une page catégorie de la même thématique, de même que pour les pages produits ou les autres pages de votre site.

Si des redirections existaient déjà sur l’ancienne version de votre site, alors vous pouvez éliminer les sauts de redirection pour améliorer la navigation des moteurs de recherche sur le nouveau site.

Par la même occasion, observez les pages en erreur 404 et mettez en place des redirections 301 dès à présent. 

Pour vos pages à faible intérêt, notamment celles qui pourraient générer du SEO négatif (contenu spam, netlinking de qualité médiocre…), il vaudra mieux mettre en place une redirection 410 afin d’indiquer aux moteurs de recherche que cette page est définitivement supprimée.

En plus, cela vous permettra d’économiser en budget de crawl et de laisser les moteurs de recherche explorer les pages qui ont un véritable intérêt.

Dans la mesure du possible, notamment lors d’une refonte sans changement de CMS, nous vous recommandons de conserver le format des URLs actuelles, afin de limiter le nombre de redirections.

Enfin, testez toutes vos redirections si possible, afin d’être sûr qu’elles amènent au bon endroit sur votre nouveau site. 

4. Configurer Google Analytics et Google Search Console

Commencez par valider votre nouveau site sur Google Search Console en vous revendiquant comme propriétaire. La Search Console est l’outil de webmaster de Google. Elle vous permettra d’obtenir des données indispensables au suivi technique de votre site.

Pour continuer à obtenir le suivi du trafic provenant de vos différents leviers d’acquisition, ajoutez ensuite le Global Site Tag Analytics à votre nouveau site.  

Google vous propose un guide complet pour l’intégration du global site tag pour Google Analytics, et notamment Google Analytics 4 sur votre site. 

5. Faire des tests de migration SEO

Vérifiez que toutes les redirections fonctionnent, en exécutant un rapport de redirection Screaming Frog. Si vous détectez des erreurs 404, alors vous devrez rajouter des redirections.

Vérifiez la correspondance entre les éléments de votre ancien site et de votre nouveau site :

  • balises titre et meta description
  • balises alt des images
  • liens de maillage interne 
  • balises Hn 
  • contenu texte
  • structure et format URLs

Bien sûr, si vous détectez des anomalies, prenez le temps de les corriger avant le lancement.

6. Lancer la migration

Une fois vos tests terminés et les erreurs corrigées, la migration pourra être lancée.

Vous pouvez maintenant rendre votre nouveau site accessible aux robots des moteurs de recherche et leur permettre d’indexer vos nouvelles pages.

Dans le but d’optimiser la prise en compte de vos redirections, conservez l’ancien sitemap XML sur la Google Search Console. Ainsi, vos URLs seront plus rapidement explorées par les moteurs de recherche.

7. Vérifier la stabilité de la migration SEO

Votre migration s’est correctement déroulée et à priori, votre nouveau site est fonctionnel. Mais vous n’êtes pas à l’abri de problèmes d’indexation ou de baisse de trafic.

Par conséquent, dans les deux mois qui suivent la migration SEO, vous devrez vérifier chaque semaine les éléments suivants sur Google Search Console :

  • exploration du nouveau site
  • pages indexées sur le nouveau site
  • pages désindexées sur l’ancien site
  • trafic du nouveau site
  • suivi de l’apparition des erreurs 404

Vous retrouverez toutes les informations utiles relatives à l’exploration dans le rapport d’exploration Google Search Console. Il est disponible sur Google Search Console dans Paramètres > Exploration > Statistiques de l’exploration.

Statistiques d’exploration Google Search Console

Dans la première semaine qui suit la migration, Google et les autres moteurs de recherche vont commencer à indexer vos URLs, en suivant l’ancien sitemap. Deux à trois semaines après la migration, vérifiez que toutes vos nouvelles pages soient bien indexées. Vous pourrez ensuite soumettre le nouveau sitemap XML sur Google Search Console.

Même plusieurs mois après la migration, il sera indispensable de surveiller le trafic de votre site. Si vous constatez une baisse de trafic sur votre site depuis Google Analytics, identifiez les pages à l’origine de cette baisse et analysez-les pour trouver les éléments à réparer ou à optimiser.

Pour conclure

Cette checklist vous donne toutes les clés pour réussir votre migration SEO. Chaque élément de cette liste pourrait être approfondi, mais ils dépendent chacun des spécificités de chaque site web.

Selon le type de migration effectué, certaines étapes ne seront pas nécessaires, comme la mise en place de redirections dans le cas où les URLs resteraient inchangées.

Il est toutefois indispensable de maîtriser tous les aspects de la migration afin de lancer votre nouveau site dans les meilleures conditions.

Bénéficiez d’un plan de migration SEO spécifique à votre site et d’un accompagnement complet en faisant appel à notre agence e-commerce. Il vous suffit de remplir le formulaire en bas de cette page !

Crédits images : www.freepik.com

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Découvrez la newsletter Capsule B

Recevez des conseils e-commerce exclusifs, guides gratuits, invitations à nos événements…

Articles récents

Astronaute avec pouce
Découvrez la newsletter Capsule B

Recevez des conseils e-commerce exclusifs, guides gratuits, invitations à nos événements…